Territoire Culturel

Le Territoire / Matawinie

GTC
Groupe Territoire Culturel
http://www.territoire.org
info@territoire.org
SOURCE :

Matawinie… À l'infini !

Bienvenue dans la forêt !

C'est ici, au coeur de la Matawinie, que nous pilotons le projet Territoire Culturel et le CREAF qui s'adressent à vous : artistes, chercheurs, communautés rurales et citoyens engagés.  

La Matawinie, c'est d'abord une région immense puisqu'elle s'étend sur plus de 11.000 km2 à l'intérieur des 13.000 km2 que compte la région de Lanaudière, située entre les Laurentides et la Mauricie. Situation privilégiée qui fait d'elle la 9ème plus grande Municipalité régionale de comté du Québec, et la plus vaste à proximité de Montréal.

La Matawinie se caractérise par une situation géologique, faunique et forestière unique, au coeur de la formation rocheuse la plus ancienne de la planète - précambrienne- antérieure à l'apparition de la vie ! Son territoire, à 66% forestier, et constitué à 92 % de forêts publiques, décline montagnes, chûtes, lacs et rivières puis au sud, forêts habitées et anciennes terres de culture. Son nom vient de "Mattawin" qui signifie, en Algonquin, "la rencontre de deux choses".

Mais la Matawinie, c'est aussi une toute jeune région, aux composantes naturelles exceptionnelles, puisqu'elle est la région la plus "verte" à proximité de la métropole : c'est ici que l'on trouve la plus grande concentration de parcs régionaux et de réserves fauniques, de pourvoiries et de zecs au Québec. 

Et le saviez-vous ? La Matawinie, c'est aussi la plus grande forêt à proximité de Montréal : la Forêt Ouareau (149 km2) ;  le plus grand lac au nord de Montréal, le réservoir Taureau, avec ses 295 km de contour et ses 54 îles ; la paroisse la plus haute du Québec, Saint Zénon ; la patrie de l'homme le plus fort du monde, Louis Cyr, à Saint Jean de Matha. 

La Matawinie, c'est aussi une terre de vestiges archéologiques et fauniques unique, puisque c'est ici que l'on a découvert "Félix", le plus grand mamifère marin préhistorique du Québec, dont les ossements ont été trouvés à Saint Félix de Valois.

La Matawinie, c'est bien d'autres richesses encore, telles que le Sentier National qui traverse tout le Canada et dont le premier tronçon, le Sentier de la Matawinie, commence chez nous. Sans oublier ses chûtes, ses plages, ses points de vue et ses panoramas exceptionnels, disséminés un peu partout du nord au sud de la région ; son centre écologique en pleine forêt - La Huardière, partenaire de l'Université du Québec à Montréal, située dans la Réserve Rouge Matawin ; sa Route des métiers d'art et son Centre multi-ethnique à Rawdon, municipalité multiculturelle aux trente-cinq nationalités différentes.

Enfin, la Matawinie, c'est aussi la terre de nos concitoyens et prédécesseurs autochtones, les Atikamekw, dont le territoire s'étendait autrefois de la limite des territoires Cri et Algonquin au nord, aux abords du fleuve St-Laurent. 

Aujourd'hui, l'une des trois communautés Atikamekw encore existantes au Québec est située dans la réserve de Manawan, à 85 km au nord de Saint Michel des Saints. On y accède par un chemin forestier que le gouvernement n'a toujours pas asphalté...  Près de deux mille résidents y vivent à l'année longue sur 771 hectares, au milieu d'un immense territoire de lacs et de forêts exploité par les compagnies forestières. Malgré leur isolement, leur exil forcé et leur confinement au nord de notre région, leur présence donne sens et racines à notre histoire, puisque la population de Manawan est à la fois la plus ancienne et la plus jeune de notre région, 70 % des Atikamekw de Manawan ayant moins de 30 ans. Nation autochtone la plus touchée par les épidémies européennes de la colonisation, elle est aussi notre plus ancien héritage culturel régional : en s'affirmant, elle nous fait connaître la force de nos racines, indispensables à l'ère de la mondialisation.