Territoire Culturel

CREAF / L’Herbier Matawin

GTC
Groupe Territoire Culturel
http://www.territoire.org
info@territoire.org
SOURCE :

Pin rouge

Pinus resinosa
Pin rouge, pin résineux
Red Pine, Norway Pine, Canadian Pine

Origine / Habitat

Le Pin Rouge est l'un des arbres les plus plantés en Matawinie, comme dans de nombreuses régions du Québec dont il n'est pas nécessairement originaire. Ainsi le rencontre t-on de plus en plus pour ses qualités ornementales, rarement de façon indépendante dans des forêts mixtes poussant à l'état sauvage mais le plus souvent en plantations, comme la plupart de ses confrères résineux dont le sort est d'être des arbres de culture pour le reboisement après la coupe. Le Pin Rouge peut atteindre une hauteur de trente mètres, et plus au sud, dépasser les quarante mètres de haut. Il affectionne les terrains rocailleux, bien draînés, exposés au soleil. A l'Est, il s'étend jusqu'à Terre-Neuve, à l'Ouest jusqu'au Manitoba, et au Sud il rejoint les états les plus frontaliers des Etats-Unis, où il disparait. Dans une région comme dans l'autre, c'est avant-tout un arbre de nos jours destiné à la plantation.

Description

Ce qui frappe le regard au premier abord, c'est la vivacité du vert de ses frondaisons et le rouge de son tronc écaillé. Ses aiguilles, qui peuvent atteindre dix-sept centimètres de longueur, poussent en paires. Peu à peu, lors de sa croissance, le Pin Rouge perd ses branches les plus basses, jusqu'au moment où il s'en défait à l'âge adulte.

Utilisations

Bois

Son bois est rougeâtre et résineux, comme ses divers noms l'indiquent. De longue durée, bien que léger, mais résistant, il est utilisé en construction, tant pour la charpente que pour faire des portes, des fenêtres et des lambris. Autrefois, il était utilisé pour faire des mâts de bateaux.

Ecorce

Pour faire certains types de récipients, de paniers et de boites, l'écorce est forte et résistante. Elle offre de nombreuses perspectives nouvelles d'utilisations.

Résine

La résine du Pin Rouge est utilisée pour de multiples usages, depuis des milliers d'années. Tant comme colle, comme imperméabilisant et comme encens, que pour la fabrication de laques, de vernis et de térébenthine, elle est employée. En médecine, on l'utilise pour soigner les blessures extérieures, en particulier les plaies ouvertes, et comme médicament pour les poumons, l'asthme et les rhumatismes.

Racines

Bouillies à feu lent, elles donnent une bonne quantité de résine, de très bonne qualité. Les racines sont aussi excellentes pour commencer des feux, lorsqu'utilisées comme petit bois. Elles peuvent aussi servir à faire des anses de paniers.

Branches

Avec les branches les plus basses, nous avons inventé "Les chandelles de la Matawinie" (cf. Collections Thématiques, CREAF). Les branches les plus grandes, légèrement courbes, sont parfaitement adaptées à la fabrication de toits d'abris de survie en forme de wigwams. Les branches moyennes et petites sont d'une grande malléabilité. Elles sont donc excellentes pour la vannerie et dans d'autres expressions artisanales.

Aiguilles

Fraîches ou sèches, elles sont délicieuses en tisanes. Et, de même que la majorité des autres conifères, elles sont suggéréres pour les faiblesses et les problèmes des systèmes respiratoire et immunitaire. Enfin, elles sont utilisées comme ingrédient dans la fabrication d'encens au CREAF.