Territoire Culturel

CREAF / L’Herbier Matawin

GTC
Groupe Territoire Culturel
http://www.territoire.org
info@territoire.org
SOURCE :

Mélèze

Larix laricina
Mélèze, Epinette rouge
Larch, Tamarack

Origine / Habitat

Le Mélèze aime les lieux humides, comme les marécages ou les tourbières. Mais comme le bouleau, il a besoin de beaucoup de soleil pour croître sain et vigoureux. Il existe neuf espèces de mélèzes, mais trois seulement sont originaires du continent américain.

Description

Cet arbre gracieux et élégant, aux branches qui semblent légères mais qui sont en réalité parmi les plus lourdes de cette famille, appartient à la famille des conifères : on l'appelle aussi épinette rouge. Curieusement, la particularité du Mélèze est qu'il perd ses aiguilles, qui changent de couleur à l'automne, passant du vert au jaune orangé, qui brunissent puis se détachent au moindre souffle quand arrive l'hiver. Une autre façon d'identifier le Mélèze est de remarquer que ses cônes sont minuscules, les plus petits de tous les conifères !

Utilisations

Bois

Son bois, rougeâtre, est résistant, plus ferme et plus lourd que ceux des autres conifères. Utilisé en construction, il sert surtout à construire des bateaux, en raison de ses qualités imputrescibles équivalentes à celles du cèdre.

Ecorce

L'écorce du Mélèze, riche en tanins, est utilisée pour le tannage des peaux et des cuirs, comme celle du chêne. Elle est utilisée pour fabriquer des boites et des contenants, notamment des récipients. On l'applique aussi en catasplasmes sur la peau. Sur la côte Atlantique du Canada, les Micmacs et les Malécites l'utilisent en tisane comme tonique, contre la gonorrhée et les refroidissements.

Résine

Au printemps, on peut obtenir une résine d'excellente qualité, en entaillant l'arbre, comme un érable à sucre.

Branches

Les branches du Mélèze sont utilisées par les Cri de la Baie James pour faire des appeaux pour appeller les canards sauvages et les outardes.

Racines

Les racines du Mélèze ont les mêmes usages que celles de l'épinette noire. Elle peuvent servir comme ligatures, pour attacher et fabriquer des paniers. L'écorce de la racine, mélangée, broyée avec les aiguilles, sert à soigner les brûlures, les plaies et les pustules. En faisant bouillir les racines, on obtient aussi une autre sorte de résine, complémentaire à celle de l'écorce. La térébenthine obtenue à partir du Mélèze, appellée térébenthine de Venise, est commercialisée mondialement.