Territoire Culturel

CREAF / L’Herbier Matawin

GTC
Groupe Territoire Culturel
http://www.territoire.org
info@territoire.org
SOURCE :

Hêtre

Fagus grandifolia
Hêtre à grandes feuilles
American Beech

Origine / Habitat

Il n'existe qu'une seule espèce de Hêtre en Amérique du Nord, qui peut atteindre quarante mètres de hauteur. Ce Hêtre ne s'approche qu'à peine de l'Est du Canada, préférant croître à l'Ouest et au Sud. Mais en Matawinie, on le découvre parmi l'érable, le peuplier, le bouleau et les conifères, dans des habitats mélangés où il se fait peu à peu remarquer. Cet arbre, qu'on surnomme "l'ami des autres" aide la croissance de ses voisins au lieu de leur faire concurrence. Un tel altruisme est rare, et se remarque en ce que le hêtre retient la terre et l'enrichit autour de lui, sans obstruer la croissance des autres espèces.


Description

Le Hêtre est un très haut arbre, au tronc gris et lisse, aux ramures vastes et austères déployées très haut au-dessus du tronc, et à l'écorce semblable à une fine peau d'éléphant. La persistance de ses feuilles beige-jaune pâle aux contours acérés, minces comme du papier-bible qui sèche à mesure que l'hiver avance, le font reconnaître sans hésiter.

Utilisations

Bois

Son bois d'un grain serré est lourd, dur et compact, et son utilisation est à peu près semblable à celle de l'érable, tant comme bois de chauffage que pour la manufacture d'objets, d'outils et autres artefacts qui requièrent dureté et résistance. Comme bois de chauffage, il offre une combustion lente fort appréciée. En Europe, le Hêtre est considéré comme une essence rare en raison de ses qualités, mais il est plus répandu qu'en Amérique du Nord, aussi son bois est-il aussi utilisé pour réaliser des meubles précieux.

Ecorce

Dû à la texture très lisse de l'écorce, qui la rend proche du cuir, ses utilisations sont prometteuses. Si elle sèche, s'enroule, se déforme ou se fragilise ? Si elle perd de sa brillance, de sa malléabilité et durçit ? L'investigation se poursuit actuellement au CREAF.

Sève

Comme beaucoup d'arbres feuillus, le Hêtre donne une sève comestible, mais peu connue, et dont les usages sont oubliés aujourd'hui (expérimentation du CREAF en cours). On se souvient par exemple, et sans que personne n'en ait ravivé les usages, que la sève du Hêtre était une boisson printannière très populaire avant la colonisation européenne en Amérique du Nord, à l'égale de celle de l'érable et du bouleau à papier. Elle était notamment utilisée au moment des rites de purification alimentaire au printemps, après des hivers trop souvent sédentaires et alourdis par une nourriture de survie riche en gras. Les vitamines que contiennent en effet la sève du Hêtre constituent un excellent tonifiant.

Branches et racines

(Expérimentation du CREAF en cours).

Feuilles et noix

Une fois l'hiver arrivé, toutes les feuilles des feuillus... tombent et disparaissent chaque année. Mais en Matawinie, celles du Hêtre sont les dernières à s'éloigner. Certaines même sembleront résister aux vents et aux gels au-delà de la saison. D'un beige-jaune pâle, dentelées comme des crêtes de montagnes, elles servent entre autres à composer le fameux "Kinni-kinnik" ou tabac des Premières Nations, à la fois comme contenant (en forme de cigarette roulée) et comme contenu (broyées en fine poudre et mélangées à d'autres types de feuilles ou de rameaux d'écorces divers). Elles servent donc surtout de substitut au tabac, en raison de leur agréable arôme et de leur moindre toxicité, surtout lorsqu'il est difficile de s'en procurer pour des raisons climatiques ou géographiques (les champs de tabac ne poussent pas en forêt...). Egalement utilisées comme rembourrage, comme papier, et contre les brûlures et les engelures, elles sont, de plus, si résistantes qu'elles peuvent être récoltées même en hiver tant elles adhérent à l'arbre en dépit des vents. La souplesse et la durabilité des feuilles du Hêtre invitent donc à expérimenter de nouveaux usages. Ses noix, délicieuses, sont encore une richesse alimentaire dans la diète traditionnelle des Premières Nations : elles sont alors conservées sèches, ou en farine, comme éléments nutritifs essentiels lors des longs hivers ; ou encore sous forme d'huile, une fois broyées. Enfin, même sous une forme apparemment négligeable, les feuilles du Hêtre révèlent d'autres propriétés intéressantes, puisque ses cendres donnent une grande qualité de potassium.