Territoire Culturel

CREAF / L’Herbier Matawin

GTC
Groupe Territoire Culturel
http://www.territoire.org
info@territoire.org
SOURCE :

Genévrier commun

Juniperus communis
Common Juniper

Origine / Habitat

Cette plante qui n'est ni tout à fait un arbre ni tout à fait un arbuste, mais qui est de la famille des conifères même si elle n'en a que peu l'apparence, comprend trente-cinq espèces différentes, dont quinze qu'on trouve couramment en Amérique. C'est une plante circumboréale, qui est caractéristique du nord de la Russie, du Tibet, du Népal, des Rocheuses américaines, de la Sierra Madre (partie nordique), et qu'on trouve aussi disséminée en Europe de l'Est. Elle vit surtout exposée au vent, sur des sols rocheux ou recouverts de mousse, dans des lieux secs de préférence. Forte et résistante, elle recherche avant tout le soleil. Mais elle sa prédilection pour les lieux tourmentés, parfois arides et désertiques, ne se manifeste pleinement que quand elle est exposée aux vents dominants. Le genèvrier aime les montagnes, où il fleurit de mars à mai.

Description

A mi-chemin entre la plante et l'arbuste, même si elle a aussi certaines des propriétés de l'arbre, cette plante intermédiaire s'accroche à son lieu-dit, formant une sorte de bouquet de tiges et de branches basses inextricablement mêlées, dont les extrémités se balancent au gré des brises. D'un vert sombre plutôt terne, ses aiguilles, qui ne piquent pas, sont cependant acérées et plutôt dures. Le genèvrier atteint habituellement un mètre de hauteur, parfois plus, jusqu'à deux mètres.

Utilisations

Bois, écorce

Même de petite taille, le Genèvrier est très respecté en marqueterie, en raison de son grain et de sa couleur. Ingrédient essentiel dans la fabrication des encens, il est surtout recherché dans la tradition bouddhiste pour laquelle il est une essence précieuse. De son bois, on peut distiller une huile très prisée en médecine, en raison de ses propriétés diurétiques. Conjointement avec une autre espèce, le Juniperus Virginia, il fait actuellement l'objet d'expérimentations au CREAF. De cette variété extrèmement durable et imperméable, on se sert aussi pour faire des boites insecticides où il fait bon conserver des matières fragiles telle que la laine et la fourrure. On s'en sert encore pour entourer le plomb de nos crayons d'écoliers.

Fruits

Les fruits du Genèvrier, qui mettent trois ans à mûrir, sont des baies qui ressemblent à de gros pois à la saveur douce et amère. Ces baies aromatiques au goût très particulier, contiennent des acides et une substance nommée junipérine, qui permet de les utiliser pour la fabrication d'un alcool fort, le gin. Il n'y a qu'en Angleterre qu'une tradition culinaire songe aux baies sèchées et moulues pour en faire une sorte de poivre, ainsi qu'une sorte d'huile balsamique.

Plus couramment, on l'utilise pour fabriquer du vin de genièvre, qu'on sert en apéritif ou comme digestif. On lui prête des propriétés antirhumatismales depuis fort longtemps, ainsi qu'une action efficace pour les indigestions, les maladies des reins, du foie et autres indispositions du même ordre. En teinturerie, mélés à des brindilles, on obtient des baies des tons rougeâtres, cafés ou rosés, selon le mordant utilisé. On remarquera alors l'odeur particulière de la plante, qui semble prédestinée à l'utilisation artistique qu'en fait le CREAF, puisque celle-ci rappelle la térébenthine.