Territoire Culturel

CREAF / L’Herbier Matawin

GTC
Groupe Territoire Culturel
http://www.territoire.org
info@territoire.org
SOURCE :

Érable

Aceraceae
Common Maple, Red Maple

Origine / Habitat

Nous parlerons ici en premier lieu de l'Erable à sucre et de l'Erable rouge. Quant à l'Erable noir, à l'argenté, au batard et au giguère, nous attendrons la prochaine saison pour nous pencher sur leur sort. Originaires des régions tempérées de l'hémisphère nord, les Erables grandissent surtout en Amérique du Nord, dans certaines forêts d'Europe, au Japon et dans le Nord de l'Inde. Il n'y a qu'une espèce indigène en Angleterre, l'Erable commun ou campestre. Il y est plus souvent vu le long de haies qu'à l'état sauvage, en raison de la valeur de son bois qui en fait un arbre recherché par l'industrie forestière mais aussi pour ses qualités ornementales. Au Canada, et tout particulièrement au Québec, il prend une valeur particulière, puisqu'outre ses fonctions comme bois de chauffage, il est surtout populaire en raison du fameux sirop des Peuples autochtones, qui l'ont fait déguster aux nouveaux arrivants qui depuis, en ont fait leur confiserie préférée. Ce sirop accompagne désormais depuis le temps de la colonisation de nombreux mets devenus traditionnels. Il fait maintenant partie de l'identité québécoise.

Description

L'Erable est un arbre haut et droit, qui grandit nettement moins haut lorsqu'il pousse en solitaire. Son écorce est striée et granuleuse, épaisse et très cassante, mais résistante. Sa feuille, en forme d'étoile à cinq branches, est devenue l'emblème du Canada et figure sur le drapeau national. A l'automne, l'Erable connait une magnifique transformation de couleurs, passant du vert cru au jaune, puis à l'orange, avant de sombrer dans un rouge vif puis sombre qui métamorphose la forêt. Les paysages où croissent des Erables connaissent alors une spectaculaire métamorphose multicolore, qui s'étend de la fin septembre à la fin octobre. On vient de loin pour assister à ce kaléidoscope de couleurs. 

Utilisations

Bois

Les usages qu'on peut tirer de son bois, de belle apparence, malléable et résistant, sont nombreux. Les Premières Nations l'ont d'abord utilisé pour faire leurs meilleures flèches, mais aussi pour en faire des masses et des maillets, des roues, des arcs et des meubles. Le bois d'Erable est remarquable par sa compacité et la finesse de son grain, la beauté de ses veines qui, une fois pôlies, en font un bois très prisé pour la menuiserie et la marqueterie. Tant pour réaliser des meubles élégants que des étuits à violons, le bois est fiable et d'excellente qualité. Comme combustible, il constitue un excellent mode de chauffage et son charbon est efficace. En France, les jeunes pousses d'Erable sont utilisées pour faire des cravaches et des fouets. Quant au bois de l'Erable rouge, il est surtout utilisé pour faires des chaises. Son grain parfois ondulé provoque de beaux effets d'ombre et de lumière sur des surfaces polies. Mais on s'en sert surtout pour faire des manches de fusils et de pistolets, en raison de sa force et de sa dureté, mais aussi de son élégance.



Ecorce

L'écorce de l'Erable a de multiples usages, qui sont actuellement explorés par le CREAF. Elle est granuleuse et épaisse, et lorsque bouillie, elle peut servir à contrer la diarrhée. De l'écorce intérieure, on peut tirer une farine, tandis que le champignon agaricus qui parasite l'extérieur de celle-ci s'utilise comme poudre pour commencer des feux et comme ingrédient dans certains types d'encens. L'écorce des branches, ou des jeunes arbres, est semblable à une sorte de cuir, qui peut servir à fabriquer de petits objets. L'écorce de l'Erable Rouge donne, de son côté, une teinture de couleur violette, qui, une fois bouillie, tend vers le noir et donne une excellente encre. Elle a des propriétés astringeantes et a été utilisée par les Premières Nations pour soulager les douleurs ophtalmiques, une fois appliquée sur les paupières fermées.

Branches

Les branches de l'Erable sont fortes, résistantes et malléables. On peut en tirer de multiples usages, avec ou sans écorce, notamment pour faire des manches d'outils solides.

Feuilles

Les feuilles s'étoilent au bout de longues tiges flexibles et solides. Elles ont un aspect vernis, qui s'explique par le fait qu'elles contiennent une sorte de miel très prisé des insectes. Certains percent des trous dans les feuilles, pour en extraire le jus et font tomber des gouttes qui, nombreuses, semblent parfois être des gouttes de pluie quand on passe sous un arbre. Plus tard, le liquide s'évapore, laissant une trace huileuse qui semble plastifier la feuille. Une fois sèches et bien conservées, les feuilles sont le plus souvent utilisées dans les arts décoratifs floraux, mais peuvent servir aussi à soigner les impuretés de la peau et les éruptions cutanées. On les applique alors chaudes, une fois bouillies, directement sur la peau.

Fruits

L'Erable donne un petit fruit, composé de deux coquilles minuscules contenant chacune une graine, et d'une paire d'ailes, d'abord collées, qui se divisent en deux lorsque le fruit est mûr, pour s'envoler, portées par le vent, à de très grandes distances. On les voit souvent tourbillonner comme de petits hélicoptères au moment de leur descente. Les enfants s'amusent souvent à décoller les parois de ces feuilles semblables à des ailes de papillon nervurées, à fendre la coquille et à se coller les ailerons sur l'arête du nez.

Sève

C'est de la sève de l'Erable à Sucre que les Premières Nations, puis les Canadiens-français, et aujourd'hui les Québécois, ont tiré un sucre fameux, mais aussi une mélasse épaisse et délicieuse, ainsi qu'un sirop qui fait encore la renommée de la province. Un des usages les moins connus, quoiqu'encore employé par les Premières Nations, consiste à boire fraiche et pure la sève de l'Erable, dès la fin de l'hiver, comme désintoxiquant après les diètes hivernales riches en graisses animales, et parce qu'elle purifie autant qu'elle tonifie. Le goût est agréable et l'on peut en boire sans crainte de bonnes quantités. Quant à la sève de l'Erable Rouge, elle ne donne qu'une quantité moyenne de sucre en comparaison de celle de son cousin renommé.