Territoire Culturel

CREAF / L’Herbier Matawin

GTC
Groupe Territoire Culturel
http://www.territoire.org
info@territoire.org
SOURCE :

Asclépias

Asclepias Syriaca
Petits cochons, cotonnier, cochons de lait
Common Milkweed, wild cotton

Origine / Habitat

Il existe une centaine d'espèces d'Asclépias, presque toutes originaires du continent américain. Le nom de cette plante rend hommage au dieu grec de la médecine, Esculape. Au Canada, l'Asclépias est plus abondante dans la partie sud du pays.

Description

Elle mesure généralement un mètre à un mètre-cinquante de haut. Elle forme rapidement de grandes colonies et peut se montrer envahissante. La plante entière est une ressource nutritive pour beaucoup d'insectes, particulièrement pour le papillon Monarque, qui reprend des forces auprès d'elle avant sa longue migration hivernale qui le conduit jusqu'au Mexique. L'Asclépias est une plante commune et sauvage chez nous : elle pousse essentiellement dans les champs en friches, les terrains vagues, sur le bord des routes et des chemins.

Utilisations

Tige

La plante dans son ensemble est une excellente plante textile, aux multiples usages pour l'art et l'artisanat, en raison de la qualité de la fibre, de son abondance et parce que la plante se propage facilement. Les tiges sont utilisées pour faire du papier, tandis que les plus jeunes pousses se dégustent de la même façon que les asperges sauvages.

Sève

Le liquide laiteux qui émane des coupures et brisures de la plante, est une sorte de latex caoutchouteux qui peut servir de cicatrisant. Une fois sèche, cette sève durçit et s'utilise comme gomme à mâcher. On l'emploie aussi pour traiter les verrues. Le CREAF étudie actuellement ses usages possibles comme liant, pour le modelage et le collage, et comme vernis fixatif.

Fleurs

Celles-ci sont sucrées, fragantes et collantes. Tôt le matin, quand elles sont encore humectées de rosée, il suffit de les travailler à la main pour en faire une sorte de masse mielleuse. Mais gare aux insectes ! car les fleurs sont un appât irrésistible, pour ne pas dire un piège inévitable. Dans des temps reculés, on obtenait aussi des fleurs un sucre délicat utilisé en confiserie. Transformées en breuvage par fermentation, les fleurs provoquent aussi une forme d'ivresse qui peut mener jusqu'au délire.

Fruits

Ce sont d'étranges coquilles pointues, granulées et poilues, d'une couleur gris-vert semblables à des oeufs étirés, qui lorsqu'encore tendres, sont excellentes déguster. Une fois mûrs, et éclatés, ces curieux fruits s'ouvrent sur une boule de coton sauvage, en réalité beaucoup plus semblable à de la soie, tant il est fin et brillant, ce qui offre énormément de possibilités d'utilisation. Cette "soie" était autrefois utilisée pour rembourrer oreillers et matelas lorsqu'on ne pouvait pas trouver de plumes. Elle servait aussi à faire des mèches de lampes et de bougies, et mélangée à d'autres fibres, elle servait même à faire du papier. Quant à ses autres usages, on retiendra surtout ses propriétés absorbantes : la soie de l'Asclépias servait à confectionner couches de bébé et serviettes hygienniques.

Racine

La racine de l'Asclépias est considérée comme un excellent diurétique, à tel point qu'elle est répertoriée parmi la très officielle classification des Plantes médicinales canadiennes. Chez les Premières Nations, les femmes l'utilisaient aussi en raison de ses propriétés contraceptives.